La technologie gigapixel consiste en la prise de vues multiples, généralement à l’aide d’une tête robotisée ( pour ma part, j’utilise un tête Clauss Rodéon CL , qui permet une précision à 0,015 degrés) et d’un objectif macro ou un téléobjectif d’un sujet, d’un paysage ou comme dans ce cas d’un tableau, et en son assemblage de manière à augmenter la taille et la résolution de l’image finale.Théoriquement, un gigapixel doit présenter au moins un milliard de pixels (10 9  pixels).

Contenu interactif – utilisez les espaces latéraux pour descendre dans la page

 

Il y a deux domaines d’application ou le gigapixel a un intérêt particulier:

  • la photographie de tableaux
  • la reconnaissance d’une personne dans une foule.

Dans la photographie de tableau, le gigapixel apporte la définition qu’aucun appareil peut apporter: en combinant des images à haute définition, faites avec un objectif spécialisé ( macro, apochromatique ) , la combinaison des images permet un niveau de zoom exceptionnel ( X500 et plus si besoin ), permettant de voir des éléments non distingables à l’oeil nu, et de donner en même temps une vue d’ensemble de l’œuvre. C’est un outil très intéressant pour les musées, que ce soit pour la conservation, ou pour la communication. Pour la muséographie, le gigapixel peut être inséré dans une visite virtuelle interactive, et combiné à d’autres technologies, comme la photo 360 pour les œuvres en volume, ainsi que d’autres éléments multimédia : textes, photos, vidéos, sons, timelaps, …

Dans la reconnaissance de personnes, la technologie gigapixel permet au personnes représentées sur l’image, par exemple dans un stade pendant un match de foot, de se retrouver dans l’image et de s’y tagger en utilisant leur compte d’un réseau social ( Facebook, Twitter, Linkedin, Mail ).